Enda Tiers Monde

Depuis sa création en 1972, Enda Tiers Monde a constaté que les enfants sont au centre des préoccupations des populations avec lesquelles elle échange et agit. Le nombre d’enfants, leur énergie, leur rôle, leur sort, leur présent et leur avenir, déterminent le développement des sociétés dont ils sont non seulement les destinataires, mais de plus en plus, les acteurs.

En Afrique, les « moins de 18 ans » sont majoritaires en l’an 2000. Les efforts fournis dans la seconde partie des années 80 pour la survie de l’enfant, ne sont pas étrangers à cet état de fait. Ce « baby boom » des enfants vaccinés et réhydratés qui ont heureusement survécu n’a pas été soutenu par des mesures de promotion des services sociaux.

La décennie 90, qui devait être celle du développement de l’enfant africain, a été celle de la stagnation, voire de la régression. Les enfants et leurs parents ont dû eux-mêmes faire face à leur situation.

La concrétisation des droits s’est développée à travers la mise sur pied de services sociaux de base, d’éducation, de santé, de formation, mais également dans une prise de parole accrue autorisée par les espaces offerts par le développement de la démocratie. Mais cette démocratie se développe dans des pays où souvent la majorité de la population, vit en dessous du seuil de la pauvreté.

Par le travail, l’apprentissage et la formation, les enfants africains contribuent au développement de la société et à la construction des droits. Ils remplissent un espace social nouveau, dans le respect de leur rôle traditionnel de socialisation par la participation à l’effort collectif. L’enfant africain accomplit ainsi son devoir, et réalise son droit. La notion de « droits de l’enfant » n’est donc pas synonyme de revendication, mais bien de développement ; la « participation », signifie « l’effort ».

L’action d’Enda TM se situe aux différents niveaux :

Le soutien de l’action à la base menée par les populations et les enfants eux- mêmes, dans les quartiers et les villages et vis à vis des autorités : la plus part de ces actions sont conçues, exécutées et évaluées par ces acteurs, avec le soutien et le conseil d’Enda, ainsi qu’avec sa formation méthodologique.

Les politiques sociales dans les pays : Enda contribue aux processus de mise en place de programmes d’action, de diagnostics de situation, à leur conception et à leur exécution. Enda s’efforce d’y faire participer à tous les niveaux et à toutes les étapes, les principaux concernés, principalement ses partenaires à la base.

L’engagement dans la dimension internationale propre au développement : du forum social de Porto Alegre, à la Session Spéciale des Nations Unies sur l’Enfance (UNGASS) de New York, ou au développement durable de Johannesburg. Dans ces différents Fora, Enda s’efforce de constituer des  » task forces « , en mobilisant les énergies africaines, enfants, jeunes, gouvernements, ONGs, techniciens, etc, pour renforcer l’efficacité de leur présence et de leur contribution.

Ainsi, dans sa vision de développement durable, Enda TM ne se veut pas acteur principal, mais plutôt, catalyseur des partenariats visant à renforcer les acteurs sociaux, en particulier les acteurs de base et à encourager le dialogue et la synergie entre ceux-ci et les acteurs institutionnels. Ce partenariat est un élément transversal aux différents niveaux de l’action d’Enda, local, national au Sénégal et dans d’autres pays où elle est présente (Bolivie, Colombie, Mali, Madagascar), régional dans le vaste « réseau Calao », et international, avec des alliances sud-sud et sud-nord.

Enda Jeunesse Action International

BP 3370 – Dakar, Senegal

Tél : (221) 33 889 34 20 /33 821 21 13 / 33 889 34 00

Fax : (221) 33 823 51 57

Email : jeuda@endatiersmonde.org

Fondée en 1985, l’équipe a scindé, dès 1989, son activité en deux programmes, qui opèrent à partir d’une vision et d’une gestion unique :

• le programme national de Guédiawaye «Xaley Ca Kanam», qui concerne quatre départements de Dakar et d’autres capitales régionales ( Diourbel, Fatick, Kaolack, Louga, Tambacounda, Thiès,Vilingara, Ziguinchor et qui implique Enda ACAS (Casamance), ainsi que plusieurs ONG et services de l’Etat partenaires. Sa coordination est assurée à partir des locaux de Guédiawaye.

• Le programme international, concerne 340 Villes de 26 Pays d’Afrique de l’Ouest, du Centre et du Sud, et une présence au niveau «global». Il est coordonné à partir des locaux de la rue Carnot.

Ses objectifs

• soutenir le renforcement de leur organisation sur un plan local, national et régional

• faciliter l’échange, la formation et la communication entre les organisations et institutions d’appui aux Enfants en Situation Difficile (ESD) de plus de 340 villes de 26 pays d’Afrique

• entretenir des relations internationales dans un réseau intercontinental

• soutenir le développement de compétences disponibles au sein de ces réseaux

Enda Jeunesse Action Dakar

BP 3370 – Dakar, Senegal

Tél : (221) 33 889 34 20

Fax : (221) 33 823 51 57

E-mail : jeuda-gw@endatiersmonde.org

Fondée à Dakar en 1985, l’équipe Jeunesse-Action est logée à Guédiawaye dans la périphérie de Dakar. Elle accompagne les Enfants en Situation Difficile (ESD).

Ses objectifs :

• améliorer les conditions de vie et de travail des enfants

• soutenir les structures associatives d’enfants et de jeunes au plan local et national

• intervenir dans la région de Dakar où réside environ un quart environ de la population du Sénégal

• coordonner les activités du programme « Xaley Ca Kanam » dans huit des onze capitales régionales du pays : Dakar, Fatick, Kaolack, Louga, Saint – Louis, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor.

Principaux partenaires

• les enfants en rupture familiale

• les enfants et jeunes travailleurs

• les enfants – talibés

• les fillettes déscolarisées

• les groupes de mamans

• les associations et collectifs d’Associations de développement de quartier

Elle les accompagne dans les domaines de la protection, de l’éducation de base, de la formation qualifiante et des compléments de formation, de l’organisation, de la formation méthodologique, de la médiation et de la réconciliation familiale, de l’information, des loisirs et de la sensibilisation.

L’équipe coopère avec :

• les structures gouvernementales dans le cadre des programmes nationaux et décentralisés

• les organisations internationales telles que BIT, UNESCO, UNICEF, Plan, Save the Children, OAK Foundation, etc

• les ONG locales ou nationales

• les membres du Collectif des Structures d’Appui aux Enfants en Difficulté (COSAED) dans l’accompagnement des enfants en rupture familiale